Tribune politique

Groupe majorité départementale (LR-UDI-DVD) - Sept/oct 2020

Hôtel du Département

© Dep_74 - L.Guette

Pour renouer avec la croissance, faisons confiance aux territoires !

L’été qui s’achève n’aura pas été de tout repos, face à une crise économique de grande ampleur qui impacte l’ensemble de nos territoires.
Privés par la loi NOTRe en 2015 de leur compétence économique, les départements se retrouvent placés sous haute surveillance pour chacune de leurs actions, et sont pieds et poings liés par une tutelle financière de l’État grandissante. On leur demande toujours plus, avec toujours moins de moyens. La volonté recentralisatrice de l’Etat peut parfois emprunter des voies insidieuses, comme l’asphyxie financière.
Nous en avons connu, amèrement, un exemple flagrant cet été.
L’aide sociale d’urgence de 3 millions d’euros, votée le 25 mai dernier par l’Assemblée départementale, est la parfaite illustration d’une véritable défiance de l’État à l’égard du Conseil départemental de Haute-Savoie. Cette aide sociale forfaitaire de 1 000 euros, qui ne constitue pas une aide économique mais bien une aide sociale à l’individu, avait un objectif simple, de bon sens : soutenir les chefs d’entreprise de notre territoire qui subissent une baisse significative de leurs revenus personnels liée à la crise de la Covid-19. Ces bénéficiaires sont souvent des travailleurs nonsalariés, gérants-salariés indépendants ou micro-entrepreneurs ne bénéficiant pas de chômage partiel et devant justifier d’un plafond de ressources en fonction de leur situation familiale. Ce sont des professionnels des métiers de la montagne, des moniteurs de ski, d’escalade, de canyoning, de parapente, de spéléologie, de kayak, ou encore de VTT ; mais aussi des coiffeurs, des restaurateurs, des bouchers, des poissonniers, des gérants de bar…. En résumé, tous ces professionnels qui contribuent à faire de notre département un territoire envié pour son dynamisme économique et son attractivité. Or le versement de cette aide, pourtant votée par les élus départementaux, a finalement été bloqué par le contrôle financier de l’administration fiscale départementale, alors même que le Préfet avait validé la légalité du dispositif ! Cette situation de blocage aura donné l’occasion aux élus de transpirer tout l’été contre ces lourdeurs administratives et financières locales intolérables. En résumé, nous avons dû nous battre pour être autorisés à aider financièrement les chefs d’entreprise de notre territoire, avec une aide votée à l’unanimité et budgétée sans faire peser son coût sur les contribuables ! L’enseignement principal de cette situation ubuesque aura été de démontrer l’urgence de rendre aux élus locaux leur capacité d’agir et leur liberté d’initiative. Il est impératif de respecter leur mandat, et de les laisser exercer, en esprit de responsabilité, leurs missions fondamentales.
Laissons leur la marge de manoeuvre nécessaire pour mettre en oeuvre lescompétences du département. Les élus locaux sont des femmes et des hommes de terrain, de proximité, ils agissent dans l’intérêt des habitants.
Notre conviction, c’est qu’il est donc urgent de replacer les départements au coeur de l’action publique locale. Ils ne sont pas les ennemis de l’Etat, mais bien ses alliés !
Les capacités d’initiatives de nos concitoyens et de leurs élus sont immenses ; encore faut-il leur permettre de s’exprimer. C’est pourquoi, la décentralisation apparaît essentielle, particulièrement en ces temps de crise.

Groupe « Majorité Départementale (LR-UDI-DVD) »

  • Jean-Paul AMOUDRY
  • Richard BAUD
  • Chrystelle BEURRIER
  • Bernard BOCCARD
  • Estelle BOUCHET
  • Françoise CAMUSSO
  • Guy CHAVANNE
  • Virginie DUBY-MULLER
  • Fabienne DULIEGE
  • Denis DUVERNAY
  • Agnès GAY
  • Christian HEISON
  • Josiane LEI
  • Myriam LHUILLIER
  • Marie-Antoinette METRAL
  • Christian MONTEIL
  • Georges MORAND
  • Raymond MUDRY
  • Vincent PACORET
  • Jean-Marc PEILLEX
  • Christelle PETEX
  • Dominique PUTHOD
  • Marie-Claire TEPPE-ROGUET
  • Aurore TERMOZ
  • Laure TOWNLEY-BAZAILLE
  • Christian VERDONNET